04 73 91 35 36

Bonjour,

un message en cette fin d’année pour vous donner quelques bonnes
nouvelles de nos trois félins.

Achéron a maintenant 5 ans. L’hiver s’installe et on reconnaît enfin en
lui ce côté vieux chat pépère qui préfère une panière chaude à une nuit
gelée. Mais il reste l’abominable chaton qu’il a toujours été. Il grimpe
jusqu’en haut des rideaux et miaule comme un fauve pour qu’on admire ses
exploits, manifeste son envie de sortir en laminant le bas du canapé
(quel impatient !). Il a un caractère bien trempé qui fait de lui ce que
j’aime chez les chats : il est chez lui et il nous tolère. Il aime les
câlins quand il en a envie et uniquement à ce moment là. Signe qu’il a
bien été sevré (abandonné) trop tôt : il ne mordille pas mais mord
jusqu’au sang et lacère les avant bras de qui tente de jouer sans
connaître les règles du jeux. Nous avons beau prévenir toute personne
qui tente de gratouiller ce joli ventre qu’il exhibe en permanence que
ce n’est pas vraiment pas une bonne idée… heureusement, j’ai toujours
du désinfectant et des pansements.
Il mène sa vie au fil de ses allés retours à l’extérieur ; assez
mécontent de l’augmentation du nombre de chats dans le quartier et à la
maison.
Il reste mon petit préféré (mais ne le dîtes pas aux autres !) parce que
nous nous ressemblons beaucoup (trop?).

Cocyte (précédemment appelé Noël par Maryline, par rapport à son jour
d’arrivée) revient de tellement loin. Il va bien. Pour un chat
complètement en kit. Arrivé chez vous avec une affreuse blessure de
collier, cette pauvre petite chose a subit plus d’un an d’interventions
chirurgicales, de sutures, d’immobilisation de la patte… avant que le
diagnostic du FIV+ tombe. Changement total d’orientation des soins :
fermeture de la plaie qui avait triplé de taille par pansement (à
refaire tous les jours), magnétisme, lithothérapie, ostéothérapie,
compléments alimentaires… je passe sur les infections, les rechutes.
Il aura fallu plus de deux ans pour que la plaie se referme totalement.
Il est désormais interdit de sortie (trop fragile et potentiellement
capable de contaminer d’autres chats) à son grand désespoir. C’est un
chat qui demande toujours beaucoup de soins : massage de la peau qui est
restée fragile avec un baume au miel, nettoyage hebdomadaire des yeux,
des oreilles et du nez (otites régulières). Il fait beaucoup de tartes
et des obstructions des glandes anales donc il est chez le vétérinaire
tous les mois. Il a un traitement de fond pour une cystite idiopathique.
Rien que ça !
Tout cet investissement n’est rien, absolument rien par rapport à
l’affection débordante de ce chat. Un vrai peau de colle, le côté câlin
– truffe humide – de l’abyssin (son côté un peu couillon aussi). Jamais
un coup de griffe, même pendant des soins lourds, douloureux et
prolongés… il restait stoïque à attendre son câlin dans les bras.
On a acheté un pull poche kangourou pour lui, mais il n’en a pas encore
bien saisi le concept !

Et enfin Léthé (anciennement Kimi). Issu d’un sauvetage de votre part,
puis abandonné par sa première propriétaire, l’adaptation a été longue
et complexe. Nous avions souhaité prendre un camarade pour Cocyte qui,
privé d’extérieur, s’ennuyait et commencait à montrer des signes de
dépression.
Léthé s’est montré craintif, méfiant et particulièrement angoissé.
Si très vite avec Cocyte ils se sont tolérés, avec Achéron ça c’est très
mal passé.
Léthé sursautait et partait se cacher au moindre bruit, n’a pas accepté
le moindre contact physique pendant des semaines et a utilisé notre lit
comme litière très souvent. Nous avons attendu, et avec beaucoup de
patience, d’astuces, de friandises et tout un équipement : diffusion de
valériane, collier à la valériane, fleurs de Bach dans les fontaines…
chaque jour nous avons observé de toutes petites améliorations. Nous
avons séparé les chats les nuits selon différentes combinaisons pour
qu’ils puissent tous bénéficier de calme (et de notre lit) chacun leur
tour. Quand les esprits s’échauffent, ils reçoivent un « pschitt » de
valériane et tout le monde se détend !
Désormais c’est un gros patapouf de plus de 6 kilos qui réclame des
câlins à frictions tous les matins, qui adore les bras, qui ronronne
comme une tondeuse à gazon, qui s’est trouvé ses endroits pour dormir.
Il a une réelle passion pour les lacets, les ficelles qu’il rapporte
comme des proies en miaulant fièrement, et les bâtons de Matatabi (ce
chat est ascendant castor, il ronge tout !). Il n’a aucune conscience de
son gabarit hors norme et il nous offre des cascades hilarantes. Avec
Cocyte, les parties de jeux sont très sportives et quel soulagement de
voir qu’ils s’entendent. Avec Achéron, il n’y a plus de coup de patte,
juste quelques crachats quand ils se croisent dans un couloir sombre et
trop étroit.

Merci à vous de nous avoir fait confiance et de nous avoir permis de
profiter quotidiennement de ces 3 boules de poils
Merci pour votre travail extraordinaire

Bonne fin de journée à vous

Reçu le 27/11/2019